Sommaire

  • Étanchéité maison passive : une qualité irréprochable !
  • Étanchéité maison passive : le test d'infiltrométrie

L'étanchéité est primordiale dans une maison passive ! En effet, le principe d'un bâtiment passif repose sur la qualité de l'étanchéité, la très forte isolation et sur une ventilation adéquate.

Si une de ces bases n'est pas suffisamment en accord avec les critères imposés par le standard passif ou est déséquilibrée par rapport aux autres, le système ne peut pas fonctionner. C'est ce que nous allons regarder en détails.

 

Étanchéité maison passive : une qualité irréprochable !

La mise en œuvre de l'étanchéité doit être exécutée selon une méthodologie rigoureuse. Il n'est pas question ici de laisser la moindre fissure, le moindre passage d'air extérieur.

Le concept est drastique : le "film d'étanchéité" doit englober la totalité de la zone chauffée... sans aucune interruption !

Surfaces et ouvertures

Toutes les surfaces (sol, murs, toits ou plafonds) sont extrêmement bien isolées par l'extérieur. On traite avec une attention toute particulière les ponts thermiques (passages de planchers, angles, etc.).

À l'intérieur, un film d'étanchéité est mis en œuvre pour garantir la conservation de la chaleur et l'herméticité du bâti.

Comme pour les gaines et les prises électriques, l’implantation des ouvertures ou des baies vitrées se fait dans des conditions optimales : les cadres des menuiseries doivent s'unir au mieux à l'isolation, sans passage d'air, avec des ponts thermiques réduits au maximum, selon une procédure déterminée en amont.

Types d'étanchéité

Pour obtenir l'étanchéité demandée dans un bâtiment passif, on peut créer un "film" en utilisant des matériaux applicables directement sur le revêtement intérieur, ou bien profiter des qualités de ce revêtement s'il est considéré comme étanche.

Détaillons ces éléments :

  • Le film d'étanchéité : il s'agit d'une membrane hydro-régulante en polyamide de faible épaisseur (env. 0,2 à 0,7 mm) qu'on appose sur les surfaces intérieures. On utilise un adhésif spécial pour relier les lés entre eux.
  • Les manchettes : ce sont des éléments de jonctions (plafond/passage d'une gaine, mur/interrupteur, canalisations, etc.) spécialement conçus pour faciliter la mise en œuvre de l'étanchéité.
  • Les plaques de bois : il existe des techniques de construction utilisant des plaques d'OSB ou de fibres de bois compressées de type "Pavaplan". Ces panneaux permettent une étanchéité conforme.
  • La maçonnerie : certains enduits peuvent très bien faire office de film d'étanchéité. Cependant, leur mise en œuvre doit être réalisée avec le plus grand soin (temps de séchage, épaisseur des couches, absence de fissures, etc.).

Étanchéité maison passive : le test d'infiltrométrie

2 tests à passer

Idéalement, 2 tests d'étanchéité (infiltrométrie) sont programmés :

  • un premier test en cours de chantier permet, le cas échéant, d'ajuster l'étanchéité du bâtiment en décelant les fuites ;
  • un second test à la fin à la fin du chantier valide la qualité de la construction et permet éventuellement de constituer une partie du dossier pour une validation par le PHI (PassivHaus Institut = institut de la maison passive).

Test "n50"

Le test d'infiltrométrie n50 se déroule dans des conditions bien précises :

  • Le bâtiment est placé en vase clos : fermeture des ouvrants, des bouches, des bondes, colmatage des serrures, etc.
  • Il est ensuite mis sous pression (puis en dépression), par le biais d'un système de ventilation dit "blower-door" : il s'agit d'un gros ventilateur couplé à un programme informatique qui pulse de l'air dans le bâtiment pour éprouver son "taux de pertes".

Valeurs du n50 :

  • Force : on met le bâtiment sous une pression de 50 Pa. Le test de pression pour la réglementation thermique 2012 (RT2012) n'excède pas les 4 Pa, soit un vent de 9km/h.
  • Pertes inférieures ou égale à 0,6h-1 : sous 50 Pa de pression (ou dépression), le bâtiment ne doit pas laisser s'échapper – en l'espace d'une heure – plus de 0,6 fois son volume d'air. Comparativement, la RT2012 n'impose que 3 à 4 volumes par heure.

Nos autres contenus en rapport avec ce sujet :

Aussi dans la rubrique :

Éléments-clés

Sommaire