Chauffage et ventilation dans une maison passive

Sommaire

Réduire de 75 % sa facture de chauffage : c'est la première exigence du concept "passif", un mode de construction qui, dans un contexte de recherche d'économie et de souci écologique, rencontre de plus en plus la faveur du public.

Mais comment faire pour y parvenir ? Avec quoi chauffe-t-on ? Quel est le rôle de la VMC2F (ventilation mécanique contrôlée double flux) dans une maison passive ? Voici quelques éléments de réponse.

 

Chauffage et ventilation dans une maison passive : zoom sur le chauffage

Une constatation de bon sens !

Imaginons 2 litres d'eau chaude. L'un est versé dans un pichet en verre, l'autre dans un thermos fermé hermétiquement.

Au bout d'une heure, si nous souhaitions réchauffer à nouveau ces litres d'eau, celui contenu dans le récipient isotherme demanderait beaucoup moins d'énergie que l'autre (le pichet n'est ni fermé ni isotherme).

Le principe de chauffage d'une maison passive est basé sur le même constat : plus l'étanchéité et l'isolation du bâtiment sont performantes, moins il faut d'énergie pour le réchauffer – car il y a moins de pertes – d'où le terme "passif".

Où la maison passive trouve-t-elle des calories pour se chauffer ?

Les sources de calories dans la maison passive sont :

  • des appareils électriques : électroménager (réfrigérateur, congélateur, plaques de cuisson, lave-linge, lave-vaisselle), télévision(s), ordinateur(s), éclairage, etc. ;
  • les habitants eux-mêmes : un être humain dégage à lui seul autant de calories qu'un petit radiateur de 100 W qui serait allumé 24/24h (certes, certains sont plus allumés que d'autres !) ;
  • des apports solaires : les ouvertures – très performantes et judicieusement calculées en amont par les concepteurs – permettent de récupérer la chaleur du rayonnement solaire.

De part la qualité de son isolation, les besoins en chauffage de la maison passive sont inférieurs à 15kWh/m². par an ou 10W/m².

Chauffage et ventilation dans une maison passive : zoom sur la ventilation

Principe de la VMC2F

La "ventilation mécanique contrôlée double flux" (VMC2F) est l'équipement quasiment incontournable de tout projet d'une construction passive.

Elle est pour ainsi dire le poumon et le foie du bâtiment : son échangeur thermique permet de réchauffer l'air entrant en croisant ses calories avec celles de l'air sortant (sans contact).

Fonctions de la VMC2F

La grande étanchéité du bâtiment justifie l'utilisation d'une VMC2F. En effet, l'air chauffé à 20°C (c'est la température dite "de consigne" en standard passif) est constamment brassé par la centrale double flux qui l'utilise pour le réchauffement de l'air qu'elle aspire de l'extérieur.

De surcroît, cela permet la régénération de l'air ambiant (normes EN13779 et 15251) sans aucune intervention humaine (on retrouve la notion de "passivité"). Les filtres de la VMC2F permettent d'épurer les flux d'air.

Chiffres de la VMC2F

  • rendement supérieur à 75 % (si "certification passive") ;
  • renouvellement d'air du bâtiment : 30 % du volume par heure (minimum) ;
  • renouvellement d'air par personne : 30m3/h ;
  • consommation des ventilateurs : inférieure à 0,45W/m³.

Nos autres contenus en rapport avec ce sujet :

  • Pour clarifier vos idées sur le concept de "maison passive", aidez-vous des ressources de notre site, en particulier de la définition d'une maison passive.
  • Le puits canadien est une réponse écologique et efficace aux exigences énergétiques d'une maison passive. On le découvre ensemble !
  • L'isolation est la clé de la maison passive : bien souvent, il est possible de concilier efficacité et écologie des matériaux. On vous dit tout !

Aussi dans la rubrique :

Éléments-clés

Sommaire