BEPAS (Bâtiment à énergie passive)

Sommaire

La dénomination « Bepas » est la contraction de timent passif, par analogie avec le Bepos (timent à énergie positive). Un bâtiment passif est caractérisé par des besoins de chauffage particulièrement réduits. Voyons ensemble de quoi il s'agit précisément.

 

Origines du Bepas

Le terme « Bepas » vient de la réflexion menée sur la performance énergétique des constructions. Pour le moment, la RT 2012 correspond à peu près au niveau BBC (bâtiments basse consommation).

Pour la prochaine réglementation thermique, on nous promet le Bepos : bâtiment à énergie positive. Parallèlement, certains défendent l'intérêt des bâtiments passifs moins consommateurs que les bâtiments RT 2012. Par analogie, le terme Bepas (bâtiment à énergie passive) est né.

En France, le Bepas ne fait pas partie de la réglementation. Il est possible de faire certifier sa maison en prenant contact avec « La maison passive » (association française), mais il n'y a pas d'aide publique adossée à cette certification.

Principe du Bepas

Le bâtiment passif est né d'une idée simple : pour baisser les coûts des bâtiments énergétiquement performants, faisons l'économie de l'investissement dans le système de chauffage classique (chaudière et radiateurs), à confort équivalent, voire meilleur !

Mais, comment y parvenir ? On peut y arriver grâce à :

  • une réduction drastique des déperditions (par les parois et le renouvellement d'air) ;
  • une optimisation des apports gratuits, en particulier les apports solaires par des vitrages orientés au sud.

Le chauffage peut être couplé à la ventilation double-flux : l'air insufflé dans les pièces de vie, déjà préchauffé grâce à l'échangeur de la ventilation, sera chauffé un peu plus, par exemple par une pompe à chaleur. L'objectif est d'apporter les quelques calories nécessaires pour avoir une température de confort en hiver (quand les apports solaires ne sont pas suffisants).

Exigences du Bepas

Les exigences du Bepas sont les suivantes :

  • Un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh d’énergie utile par m² et par an. L'énergie utile correspond aux déperditions moins les apports gratuits (solaire, apports internes). Pour passer de l'énergie utile à l'énergie finale (celle qu'on achète), il faut en plus prendre en compte les pertes dues au rendement du système de chauffage.
  • Une consommation totale en énergie primaire (tous usages, électroménager inclus) inférieure à 120 kWh par m² par an. L'énergie primaire correspond à la totalité de l'énergie qu'il a fallu mobiliser à la source : c'est-à-dire l'énergie « brute » avant transformation (sous forme de pétrole, gaz, uranium, bois,...).
  • Une perméabilité à l’air de l’enveloppe mesurée sous 50 pascals de différence de pression inférieure ou égale à 0,6 volume/heure.
  • Une fréquence de surchauffe intérieure (> à 25°C) inférieure à 10 % des heures de l’année.

Caractéristiques couramment observées des Bepas

Une maison passive a généralement les caractéristiques suivantes :

  • De larges ouvertures au soleil : la façade sud est très vitrée.
  • Une sur-isolation de l’ensemble des parois (murs, toit, sol) :
    • 20 à 40 cm d'isolation en fonction de la performance de l'isolant ;
    • suppression du passage de la chaleur par des points particuliers de la structure, appelés « ponts thermiques » (il ne doit pas y avoir d'interruption de l'isolation).
  • Un soin particulier est porté sur l'étanchéité à l'air du bâtiment : l'exigence de 0,6 vol.h sous 50 pascals est environ 3 fois plus performante que l'exigence de la RT 2012.
  • Des fenêtres en triple vitrage sur châssis sur-isolés.
  • Une ventilation double-flux avec récupération de chaleur à haut rendement (> 90 %).
  • Une pompe à chaleur couplée à la ventilation double-flux ou un poêle à bois (granulés ou bûches).

Pour en savoir plus :

  • Alors qu'ils se généralisent de plus en plus pour les constructions neuves, il faut faire attention aux malfaçons des Bâtiments Basse Consommation (BBC).
  • Le secteur du bâtiment consomme plus de 40 % de l'énergie nationale et contribue à 20 % des émissions de CO2. Zoom sur les objectifs du Grenelle de l'environnement.
  • Zoom sur la loi Scellier BBC qui permet une réduction d'impôt jusqu'à 21 % du prix d'acquisition pour l'achat d'un logement intermédiaire.

Aussi dans la rubrique :

Principe

Sommaire