Sommaire

L'inertie géothermique à vos pieds.

L'architecture bioclimatique d'une maison passive repose sur quatre piliers :

 

Puits canadien : fraîcheur en été, chaleur en hiver

Ce système existe depuis l'époque romaine.

Le puits canadien porte de multiples noms : puits provençal, échangeur air/sol, échangeur géothermique, etc.

Il fonctionne suivant un principe très simple :

  • un tuyau, plus ou moins long, passe dans la terre entre 1,5 et 2,5 m de profondeur,
  • l'air extérieur est aspiré, voyage dans le tuyau puis est réinjecté dans l'habitat.

Résultat, la température est constante, en été comme en hiver.

Par rapport à l'air extérieur et à ce niveau de profondeur, la température y est :

  • plus chaude en hiver : l'air aspiré est préchauffé par les tuyaux avant de pénétrer dans la maison,
  • plus fraîche en été : la température peut baisser de 6 à 8 °C dans la maison, ce qui fournit une ventilation totalement

Pour démultiplier ces résultats, on peut combiner le puits canadien avec une VMC double flux.

Installation du puits canadien : assez simple

Dans l'idéal, il est conseillé d'installer un puits canadien avant même d'avoir posé les fondations de la maison.

  • Dans le cas contraire, les travaux risquent d'être lourds, longs et coûteux.
  • Il suffit donc de creuse jusqu'à 2,50 m de profondeur et faire passer un tuyau assez long jusqu'à la maison (au moins 25 m de long).
  • Évitez au maximum les raccords qui sont propices aux infiltrations : les tuyaux existent en 25 m de longueur.

Prix du puits canadien : économique

Le puits canadien permet d'avoir accès à la géothermie passive avec un très faible investissement de départ.

Pour un tuyau en plastique de 25 m de long, comptez environ 300 €.

On peut y ajouter le prix d'une VMC double flux : à partir de 600 €.

Voir le projet Ooreka

Aussi dans la rubrique :

Éléments-clés

Sommaire